Ancienne élue d’opposition et candidate aux dernières élections municipales d’Auvers-sur-Oise, Claire Houbert est la cible d’une plainte de la mairie pour « une mise en cause de l’image de la commune ». Une action qui intervient sur fond de relations politiques tendues dans la commune.

Mairie d'AuversLa surprise a été totale pour Claire Houbert. L’ancienne élue de l’opposition à Auvers-sur-Oise, qui œuvre désormais de manière associative, vient d’apprendre qu’elle est la cible d’une plainte de la mairie. « C’est par le hasard d’une indication nominative dans l’ordre du jour du Conseil Municipal qui s’est tenu à Auvers le 14 décembre 2015, que j’ai été alertée par une décision concernant le règlement de frais d’honoraires d’avocats et d’huissiers dans une affaire que la ville aurait diligenté contre moi, sans que j’en aie été informée », s’étonne-t-elle sur son blog.

 

Claire Houbert assure ne pas connaître l’objet précis de l’action de la municipalité. « J’ai tenté d’en savoir plus durant la journée précédant le conseil [municipal], et malgré des appels répétés à la mairie, je n’ai pu recueillir aucune information précisant la nature exacte de cette affaire. Même rétention d’information au cours du Conseil Municipal, lorsque l’opposition a posé des questions ». 

 

La mairie plaide le secret de l’instruction

 

Du côté de la municipalité, si l’on confirme bien qu’une plainte a été déposée, pas question d’en dire davantage sur le motif exact de celle-ci. « Nous respectons le secret de l’instruction », se défend Isabelle Mézières, maire d’Auvers. Seule information, Claire Houbert aurait « attaqué l’image de la commune », selon elle. L’édile confirme également que la commune a dépensé « environ 5000 euros en frais d’avocat et 500 pour un huissier ».

 

Une dépense dénoncée par Claire Houbert : « L’argent des contribuables auversois est dépensé de façon hasardeuse dans une dérive procédurière: 6400 euros d’argent public sont déjà engagés alors qu’aucune procédure ne m’a été signifiée à ce jour », lance-t-elle, assurant avoir fais parvenir un courrier recommandé à la commune « afin d’avoir accès aux informations concernant cette « affaire » dans les plus brefs délais ».