Enchanté par la présence des cinquante danseurs, ce double-programme, dans lequel peinture, musique et mouvement sont intimement liés, promet une soirée de danse lumineuse et généreuse, le 20 janvier au Théâtre des Louvrais, Pontoise.

cacp-ballet-mÀ mi-chemin entre la statuaire des cathédrales et le clair-obscur d’un Georges de La Tour,  Altro Canto est une pièce qui exalte les corps en mouvement suivant les accents dramatiques du Magnificat de Monteverdi. Si Jean-Christophe Maillot ne développe pas de thème particulier pour conduire son ballet, la partition du compositeur italien en est le véritable poumon. La musique traverse les danseurs. Elle résonne en eux et fait naître une chorégraphie où les corps ondulent, vibrent, vacillent, et s’élèvent  pour mieux s’immerger à nouveau dans une quête spirituelle aussi religieuse que païenne. Car à l’ombre des statues d’église, entre vitrail et chapiteau, l’être hybride et fantastique n’est jamais bien loin. Ici, le corps se fait poisson et nage dans l’onde mystique d’un ballet irréel. La chair remonte le cours du sacré, elle serpente entre les rais dorés d’une voûte de bougies qui baignent la scène d’une mystique quasi palpable. Pourtant si quête spirituelle il y a, Jean-Christophe Maillot se tient à l’écart de l’ascèse solitaire. Dans Altro Canto, l’élévation est bel et bien charnelle et partagée. Extases et Pietà s’entrelacent en une œuvre virtuose qui révèle une sacralité aussi sombre que lumineuse.

 

Jean-Christophe Maillot a créé Vers un pays sage en 1995 en hommage à son père Jean Maillot, Artiste peintre trop vite disparu. Passionné et boulimique de travail, ce coloriste réputé a signé près de 260 tableaux, décors et costumes d’opéra. L’énergie qu’il a consacrée à sa peinture, et à la vie de manière générale, est le fil conducteur de ce ballet d’une rare physicalité. Vers un pays sage se cale sur la musique effrénée de John Adams et ne laisse aucun repos aux danseurs. Il leur donne pour défi celui de parvenir au bout de ce ballet, d’en franchir la ligne d’arrivée. Jean-Christophe Maillot a ainsi évacué le moindre temps mort pour mieux célébrer la vie, à l’image d’un père qui a brûlé pour elle une quantité d’énergie presque insolente. En mettant brusquement fin à son existence, la mort s’est adressée à ceux qui sont restés, leur demandant s’il valait mieux vivre en étant prudent ou étant gourmand. Vers un pays sage est une ode à la gourmandise de Jean Maillot.

 

Les Ballets de Monte-Carlo

Pièce « Vers un pays sage »

Altro Canto 1 & Vers un pays sage