Après Sarcelles, c’est au tour de Garges-ès-Gonesse de s’attaquer à la prévention de la radicalisation. La ville a inauguré ce mardi une maison de la jeunesse et des parents. Un lieu crée sur l’initiative de Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier soldat tué par Mohamed Merah en 2012. Elle va d’ailleurs y assurer des permanences.