Trois acteurs et un musicien au plateau déploient le cerveau d’un fou sur scène, qui tantôt amoureux, tantôt matricide, développe un imaginaire acerbe du monde dans lequel nous vivons, le 3 juin au Théâtre 95.

fly5

Ce spectacle est le fruit d’une recherche de plusieurs années sur l’auteur Stanislaw Ignacy Witkiewicz. Figure controversée du théâtre polonais du XXe siècle, il livre une oeuvre déroutante, pleine de fantaisie et de philosophie. Walpurg-Tragédie est une réécriture de deux de ses pièces La mère et Le fou et la nonne.

 

Le théâtre de Witkiewicz, dans ce qui le structure profondément comme dans sa mise en œuvre, est absolument indissociable de l’homme. S’intéresser au théâtre witkiewiczien, c’est tenter de se saisir avant tout du geste qui le produit. En imaginant des cadres d’expériences, faire jaillir entre les mots la figure incontournable de l’auteur, dont les textes trahissent un mal dont il ne sait comment se débarrasser : la stupéfaction d’être, d’être soi-même et non un autre. Pour Witkiewicz, c’est toujours une toute petite partie d’un tout que l’on observe. Comme la première cellule cancéreuse d’un organisme qui, apparaissant subitement, révèle et remet en cause le système auquel elle appartient en posant la question de sa maladie. Considérer le théâtre comme la vie, en ce sens qu’ils partagent au moins le fait d’être une expérience, c’est le gouffre que produit le vertige witkiewiczien.

 

De Stanislav Ignacy Witkiewicz
Mise en scène de Jessica Dalle
Compagnie Le Difforme
Avec Jean-Baptiste Tur, Bernadette Le Saché & Edith Proust

Photo ©DR

Avec le soutien de la Maison du comédien Maria-Casarès, Gareau Théâtre, Théâtre de la Tempête, JTN, Théâtre de la Cité Internationale