Argenteuil a voté mercredi soir son budget 2017 qui marque, selon la majorité LR, « l’achèvement du redressement financier ». Une amélioration des finances de la ville que confirme la Chambre Régionale des Comptes dans son dernier rapport. La CRC pointe malgré tout encore « un risque financier ».

mothron-pericat-argenteuil2

En 2014, Argenteuil avait échappé de justesse à une mise sous tutelle après la publication d’un rapport de la Chambre régionale des comptes Ile-de-France, évoquant un déficit de 17 M€ fin 2013.

« Le budget primitif 2017 (…) confirme tout d’abord l’achèvement du redressement financier entamé dès notre arrivée en avril 2014 » se félicite Xavier Péricat, 1er adjoint chargé des finances. Après plus de deux années passées à redresser les comptes de la commune au travers notamment d’un plan d’économie drastique, la majorité LR évoque désormais « un budget de projets sans augmenter la fiscalité ». Tandis qu’elle avait augmenté de 22% la taxe d’habitation dès son retour aux commandes de la ville [voir reportage], l’équipe de Georges Mothron ne prévoit, cette année encore, aucune augmentation d’impôts. Signes du retour à l’équilibre budgétaire, l’épargne brute qui devrait atteindre 20,6 M€ et la diminution de la dette. Le désendettement devrait atteindre plus de 2M€ à la fin de l’année, deux fois plus que l’objectif initialement fixé, se targue la majorité LR. Une bonne nouvelle pour la commune qui va pouvoir davantage investir.

 

Contrainte de diminuer ses investissements, l’équipe municipale compte doubler son budget d’investissement par rapport à 2015, pour atteindre près de 50 M€. Un budget qui sera en partie consacré au lancement d’un nouveau groupe scolaire dans le quartier du Val Notre Dame avec l’ouverture de 14 nouvelles classes dès cette année. Près de 20 M€ seront également consacrés aux programmes de renouvellement urbain, avec l’ouverture de la Halle des Sports Roger Ouvrard et la réalisation de la maison de quartier d’Orgemont-Joliot-Curie.

 

La chère dissolution de l’agglomération Argenteuil-Bezons

La Chambre Régionale des Comptes confirme le retour à l’équilibre d’Argenteuil qui avait échappé de justesse à une mise sous tutelle il y a trois ans. « À cet égard, l’avis budgétaire rendu le 27 juin 2016 a montré que les efforts de gestion décidés et mis en œuvre par la commune, à partir de 2014, avaient permis de retrouver l’équilibre budgétaire dès l’exercice 2015 », peut-on lire dans son troisième et dernier rapport. La CRC confirme également que « la dette communale a été assainie, les emprunts à faible risque de taux constituant désormais près de 80% de l’encours ». Des conclusions qui contrastent nettement avec son rapport alarmant publié en 2014 où la CRC évoquait un déficit de 17 M€ fin 2013. [voir reportage]

 

Si la CRC note une amélioration des finances, elle évoque néanmoins le poids de la dissolution de la communauté d’agglomération Argenteuil-Bezons (CAAB), voulue par le maire LR Georges Mothron, sur les comptes de la ville. Désormais au sein de la métropole du Grand Paris, Argenteuil a dû engloutir l’année dernière les 75 M€ de dette, accumulés depuis son mariage avec Bezons en 2006. « Les charges financières ont donc quasiment été multipliées par 4 au cours de la même période, passant de 6,4 M€ à 24,2 M€. », note la CRC. Une dette en hausse et des dépenses supplémentaires qui s’ajoutent. « Argenteuil devra supporter 33 M€ de dépenses, contre 29 M€ de recettes en provenance de l’établissement public territorial. Cette charge accrue de 4 M€, la commune devra la compenser par des économies de gestion », constate la CRC.

 

Un montant que nuance Xavier Péricat. « Il y a des dépenses qui n’existent plus du fait de la dissolution de l’agglomération Argenteuil-Bezons liées au frais de structures ou à la communication par exemple », explique le 1er adjoint. » Et la CRC de conclure : « Le déficit prévisible résultant de la liquidation de la communauté d’agglomération d’Argenteuil-Bezons fait encore peser un risque financier supplémentaire pour la commune qui n’a pas constitué de provision à ce titre ». Si Argenteuil va mieux, sa situation financière reste encore fragile.