Suite aux crues de la Seine et de ses affluents, Valérie Pécresse a annoncé un fonds d’environ un million d’euros afin d’aider les communes touchées par les inondations. Selon les annonces du gouvernement, l’état de catastrophe naturelle devrait être déclaré incessamment. Dans le Val d’Oise, seize communes ont été impactées.

jouy-le-moutier-inondations

16 communes dans le Val d’Oise ont été affectées par les inondations, comme par exemple la ville de Jouy-le-Moutier, l’une des plus impactées du département.

Pour aider les communes sinistrées, la Région Île-de-France a réactivé les aides d’urgence déjà mises en place lors de la crue des affluents de la Seine de juin 2016. Un fonds d’environ un million d’euros a ainsi été débloqué pour notamment permettre aux collectivités « d’acquérir des équipements d’urgence », a annoncé Valérie Pécresse sur France Bleu Paris. « S’il faut rajouter de l’argent, nous en rajouterons », a précisé la présidente LR de la région.

 

Dans un communiqué, le groupe socialiste Ensemble Île-de-France regrette que ce fonds ait été débloqué en urgence. Le groupe d’opposition avait, lui, préalablement proposé de rétablir le programme “Prévention des risques d’inondations et maîtrise des ruissellements”, finalement rejeté. Les élus socialistes souhaiteraient que la « majorité régionale prenne ses responsabilités en amont de ces catastrophes, au lieu de recourir à des solutions d’urgence quand il est déjà trop tard ».

 

L’État devrait déclarer sous peu l’état de catastrophe naturelle. Mardi 6 février, la secrétaire d’État au ministère de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a déclaré sur RTL que cela devrait être fait « le plus rapidement possible », c’est-à-dire « d’ici mi-février ». Le lendemain sur Europe 1, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, évoquait quant à lui un déclenchement « imminent » de cette procédure.

 

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permet aux victimes ayant souscrit un contrat d’assurance de dommages (multirisques habitation, automobile…) d’être indemnisées pour les dommages causés par les inondations. Début février, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait annoncé que le gouvernement réunirait la commission de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle « en procédure accélérée », avant même la décrue, comme cela doit être le cas normalement.

 

Suite aux chutes de neige survenues juste après les inondations, la présidente du Conseil régional d’Île-de-France a également débloqué un fonds Grand Froid de 100 000 €.