La ville est le deuxième territoire de France où va être expérimenté le dispositif « Carte Blanche ». L’objectif est de consulter les acteurs du territoire et faire émerger des solutions pour améliorer le service public.

Le dispositif « Carte Blanche », lancé en décembre 2017, a été expérimenté une première fois dans le bassin de vie de Cahors dans le Lot. Celui-ci « a permis d’identifier trois problématiques propres à ce territoire à dominante rurale : l’accès au service public, la prise en charge globale et adaptée des besoins des usagers et la lutte contre le non-recours », explique la délégation interministérielle de la transformation publique (DITP) qui porte la démarche. Des solutions sont depuis « en cours d’expérimentation », annonce la DITP. Parmi elles, la mise en place d’un car des services publics qui sillonne les villages ne disposant plus de services publics avec à son bord un agent polyvalent, ou encore la création d’une plateforme de mobilité solidaire pour proposer des solutions de mobilité alternatives aux transports traditionnels aux personnes les plus isolées comme les personnes âgées ou les jeunes sans moyen de transports personnels.

 

Des solutions qui pourraient être testées dès la mi-2019

 

Argenteuil a été choisie pour tester ce dispositif baptisé « Carte blanche » en Ile-de-France. L’idée est de donner le « champs libre » aux acteurs du territoire « pour réinventer le service public », assure la DITP. Il prévoit de consulter des « agents publics, associatifs, usagers, opérateurs sociaux qui travaillent de concert à la réflexion, à la production puis à la mise en œuvre de solutions (…) orientées vers les besoins des usagers, en adaptant les réponses apportées aux problématiques du territoire ». « Selon le calendrier établi, des solutions pourraient être expérimentées à la mi-mai 2019 », assure-t-on du côté du cabinet du maire.